Pour les cas urgents, nos avocats sont Disponible 24 heures sur 24 dans l'ensemble des Pays-Bas

Pour les cas urgents 24 heures sur 24, 7 jours sur 7

Objection Prélèvement d'ADN

Weening criminal lawyers s'est spécialisé avocats en termes de Objection Prélèvement d'ADN. Pour les cas urgents, nos avocats sont disponibles 24 heures sur 24 dans l'ensemble des Pays-Bas.

Table des matières

Nous sommes heureux de vous aider !
Vous avez des soupçons ?
Si c'est le cas, contactez directement un avocat spécialisé en droit pénal 24 heures par jour.

Weening Criminal Lawyers est un cabinet d'avocats auquel vous pouvez vous adresser pour obtenir des conseils juridiques et la meilleure représentation devant les tribunaux.
Bezwaar DNA afname strafrecht advocaat

Meilleur avocat en matière d'objection à la collecte d'ADN.

2. Avocat pénaliste pour l'opposition au prélèvement d'ADN.
objection prélèvement d'ADN
s'opposer à l'échantillonnage d'ADN
objection à l'inclusion dans la base de données
addition objection d'adn

Quand peut-on prélever de l'ADN sur une personne condamnée ?

Le prélèvement de matériel cellulaire ADN à la suite d'une condamnation pénale est régi par la loi sur l'analyse génétique des personnes condamnées. Cette loi stipule que du matériel génétique peut être prélevé sur des personnes qui ont été condamnées à une peine ou à une mesure pour certains crimes. Lorsque vous êtes dans un affaire pénale ont été acquittés ou ont bénéficié d'un non-lieu sans qu'une mesure ait été imposée, des échantillons d'ADN ne peuvent donc pas être prélevés. Il n'est pas non plus possible de procéder à un prélèvement d'ADN si vous n'avez été condamné qu'à une amende. En revanche, si vous avez été condamné à effectuer un travail d'intérêt général, le prélèvement d'ADN est possible. Même si vous avez effectué le travail d'intérêt général par le biais d'une Ordonnance de sanction du procureur général imposés. Là encore, ce n'est pas le cas si vous devez effectuer des travaux d'intérêt général à la suite d'un accord avec le ministère public. Enfin, les prélèvements d'ADN peuvent également être effectués sur des mineurs.

Quelles sont les infractions couvertes par la loi sur les tests ADN des personnes condamnées ?

La question suivante est de savoir dans quels crimes le prélèvement de matériel génétique après condamnation est possible. En principe, il doit s'agir de crimes pour lesquels la loi prévoit une peine d'emprisonnement maximale de quatre ans ou plus. En d'autres termes, il ne s'agit pas de la peine que vous avez effectivement reçue, mais de la peine maximale que vous auriez pu recevoir en vertu de la loi. En outre, la loi énumère un certain nombre d'infractions pour lesquelles la peine maximale est inférieure à quatre ans d'emprisonnement, mais pour lesquelles le prélèvement d'échantillons d'ADN est toujours possible. Il s'agit, par exemple, du vandalisme, des menaces, blanchiment d'argent et la culture du chanvre. Ainsi, le matériel cellulaire ADN peut également être collecté dans le cadre de certaines infractions moins graves.

" Service exceptionnel, coopération agréable. "

Devez-vous toujours donner l'ADN dans les cas mentionnés ci-dessus ?

Si les conditions susmentionnées sont remplies, le ministère public est en principe tenu d'émettre l'ordre de prélever votre ADN. Ce principe ne souffre que deux exceptions. Premièrement, vous n'êtes pas tenu de remettre du matériel génétique si votre profil ADN est déjà connu dans la base de données ADN. Deuxièmement, le prélèvement d'ADN n'est pas nécessaire s'il n'est pas probable que votre profil d'ADN puisse être utile à la détection d'autres infractions. À cet égard, le crime que vous avez commis et les circonstances dans lesquelles vous l'avez commis sont pris en considération. Par exemple, il n'est pas évident de prélever des échantillons d'ADN si vous avez commis des délits économiques, car ces délits ne peuvent pas être détectés à l'aide d'échantillons d'ADN.

Devez-vous également donner votre ADN si vous faites appel ?

La question de savoir si vous appel L'appel interjeté contre votre condamnation n'est pas pertinent pour le prélèvement d'ADN. Le matériel génétique peut être prélevé sur vous même si l'appel dans votre affaire est toujours en cours.

Êtes-vous obligé de coopérer à la collecte de matériel ADN ?

Si le procureur estime que les conditions d'un prélèvement d'ADN sont réunies, il donnera l'ordre de fournir le matériel génétique. Malheureusement, vous ne pouvez pas choisir de ne pas coopérer. Vous êtes donc obligé de remettre votre matériel cellulaire ADN. Si vous ne vous conformez pas à cet ordre, vous risquez d'être arrêté. Le prélèvement d'ADN peut également avoir lieu sous la contrainte. Une méthode de prélèvement d'ADN plus invasive peut alors être choisie que dans le cas où vous donnez volontairement du matériel cellulaire.

Comment fonctionne le prélèvement d'ADN ?

Si vous devez donner de l'ADN après votre condamnation, le procureur vous en informera par lettre. Les détenus peuvent donner leur ADN en prison. Si vous n'êtes pas détenu, vous recevrez une invitation à vous présenter au poste de police.

Le prélèvement d'ADN s'effectue de préférence en prélevant la muqueuse de la joue à l'aide d'un coton-tige. Lorsque, pour des raisons médicales, le prélèvement de la muqueuse de la joue ne permet pas d'obtenir un matériel cellulaire adéquat, on procède à une prise de sang ou à un prélèvement de cheveux. Ces méthodes sont également souvent utilisées si vous refusez de coopérer au prélèvement. En effet, le prélèvement de la muqueuse de la joue n'est pas possible sous la contrainte.

Dans la plupart des cas, l'ADN est prélevé par un policier. Toutefois, vous avez le droit de faire prélever le matériel cellulaire par un médecin ou un infirmier. Si vous en faites la demande, elle ne peut pas être refusée.

Qu'advient-il de votre matériel génétique après le prélèvement ?

Sur la base du matériel génétique prélevé sur vous, un profil d'ADN est établi. Ce profil est traité dans la base de données ADN. Cette base de données est consultée lors des enquêtes sur les infractions pénales. Lorsque du matériel génétique est trouvé sur une scène de crime, on examine s'il correspond à un profil génétique traité dans la base de données ADN.

Le profil ADN enregistré dans la base de données est détruit à l'expiration d'un certain délai. La durée exacte de cette période dépend de l'infraction pour laquelle vous avez été condamné, de la peine que vous avez reçue et de votre casier judiciaire. Si vous avez commis un délit passible d'une peine maximale de six ans ou plus, le profil ADN sera détruit après 30 ans. Dans tous les autres cas, le profil ADN sera conservé pendant 20 ans au maximum. Si vous êtes toujours acquitté en appel, le profil ADN doit être détruit immédiatement.

Que pouvez-vous faire contre la collecte d'ADN ?

Bien que vous ne puissiez pas éviter de donner de l'ADN, vous pouvez vous opposer à l'inclusion du profil ADN dans la base de données ADN dans les 14 jours suivant le prélèvement de l'ADN. L'opposition doit être déposée auprès du tribunal qui vous a condamné en première instance. Si cette objection est acceptée, le matériel ADN prélevé doit quand même être détruit.

Pourquoi est-il judicieux de faire appel à un avocat dans le cadre d'une procédure d'opposition ?

Il est judicieux de faire appel à un avocat spécialisé en droit pénal si vous souhaitez vous opposer à l'inclusion de votre profil ADN dans la base de données ADN. En effet, un avocat peut évaluer pour vous si les conditions de la collecte d'ADN sont remplies. Dès lors que le juge n'accepte pas votre objection, celle-ci n'est pas susceptible d'appel. Il est donc important que vous fassiez bon usage de la possibilité qui vous est offerte.

Une enquête menée par le procureur général près la Cour suprême montre qu'en pratique, le procureur général émet des ordres de prélèvement d'ADN dans un plus grand nombre de cas que ne l'a voulu le législateur. Chaque année, 22 000 à 25 000 prélèvements d'ADN sont ordonnés. Il s'agit souvent d'infractions qui ne peuvent être détectées par les tests ADN. Cela ne correspond pas aux exigences de la loi. Dans ce cas, il s'agit d'une atteinte injustifiée à la vie privée. Il est judicieux de demander à un avocat d'évaluer si c'est également le cas pour vous.

Pour Objection Prélèvement d'ADN Vous voulez un avocat spécialisé en droit pénal ?
Contact direct avec un avocat spécialisé en droit pénal dans le domaine des Objection Prélèvement d'ADN?
Nos avocats pénalistes dans les médias avec Objection Prélèvement d'ADN
Commencez à taper pour voir les articles que vous recherchez.